DISCOGRAPHY

< Back to overview

REMINISCENCES
2016

             


REMINISCENCES
2016
             
Jacques Bonnaure, Classica (F)
CHOC Classica
La violoncelliste Camille Thomas et le pianiste Julien Libeer livrent un récital exemplaire. Le " grand " public a découvert Camille Thomas lorsqu’elle fut nommée Révélation Soliste intrumental de l’année 2014 aux Victoires de la Musique – la même année, elle remportait également le 1er prixdu Concours de l’Union européenne de radio diffusion. De fait, cette jeune violoncelliste franco-belge retient immédiatement l’attention par la sonorité bouleversante qu’elle tire de son Ferdinand Gagliano. Avec le pianiste belge Julien Libeer, elle a organisé, sous le titre proustien de" Réminiscences ", un programme original mêlant des succès éternels du violoncelle, comme l’Élégie, la Sicilienne de Pelléas et Mélisande, Après un rêve et Les Berceaux de Fauré, Le Cygne de Saint-Saëns, que l’on a toujours plaisir à réentendre surtout avec un tel son, mais aussi des pages plus rares du compositeur telles que la Sérénade de la Suite opus 16, et les transcriptions de L’Invitation au voyage de Duparc. Les deux gros morceaux du disque sont toutefois la transcription de la Sonate pour violoncelle et piano de Franck et la Sonate opus 28 d’Ysaÿe, très rarement enregistrée et infiniment moins célèbre que ses Sonates pour violon. Chez Franck, Camille Thomas et Julien Libeer imposent une lecture très dense, très engagée, pathétique – mais sans excès – et très bien construite, couronnée par un finale rayonnant et grandiose. Notons d’ailleurs les grandes qualités du pianiste qui sait doser parfaitement l’équilibre entre les deux instruments, plus délicat que dans la version originale, et qui soigne particulièrement la qualité du son. Chez Ysaÿe, Camille Thomas sait dépasser le pur plaisir sonore pour délivrer une lecture grave et intériorisée, qui donne envie de l’entendre dans les Suites de Bach – ou de Britten. Et bravo à l’éditeur pour la belle qualité de l’objet et du livret !

Werner Theurich, Spiegel Online (D)
Die 1988 in Paris geborene Cellistin Camille Thomas widmet sich auf ihrem neuen Album 'Reminiscences' (La dolce volta) dem nicht ganz so gängigen Repertoire. Gut so, denn dadurch steht sofort ihr tiefgründiger, betörender Ton im Vordergrund... Der hier verlangte selbstbewusste Ton Camille Thomas' dokumentiert ihre enormen Möglichkeiten beispielhaft an der sehr kompakten Ysaye-Sonate. Alles drin: rhythmisch biegsam und pointiert im gestrichenen wie gezupften Bereich, zweistimmig sehnsuchtsvoll im Intermezzo, bedeutungsvoll im kurzen Adagio, dann wieder fast swingend im flotten Brio-Finale. Hohe Kunst, sicher und inspiriert serviert... Auch bei den vier kleinen Stücken von Gabriel Fauré (1845-1924) ergänzen sich beide (Thomas und Libeer) exzellent: Von der Eingangs-"Elégie" bis zur sanglichen "Sicilienne" op. 78 lassen Thomas und Lebeer die empfindsam-luftige Welt des Saint-Saens-Schülers behutsam entstehen. Weshalb gerade die Kammermusik Faurés bis heute zu den Rennern des Repertoires gehört, macht das Duo beeindruckend sinnfällig. Camille Saint-Saens (1835-1921) selbst kommt mit einer kurzen Impression aus dem "Karneval der Tiere" und einer "Sérénade" aus der Suite op.16 zu Ton und Interpretation: hingetupft und sinnlich ausgemalt mit hörbarer Freude an der Miniatur, wie sie das ganze Album auszeichnet.

Martin Hoffmeister, MDR (D)
MDR Empfehlungen
...Mit Camille Thomas gewinnt seit kurzem eine junge französische Cellistin zunehmend an Terrain, die das Versprechen nach gesättigtem, farbgetränktem, atmenden, zumal bestechend individuellem Ton einzulösen versteht. Dabei erweist sich die einschlägige, romantische Violoncello-Literatur auf vorliegender CD als massgeschneidertes Repertoire, um klangliche Tiefenauslotung zu betreiben und das künstlerisch-spieltechnische Potential der Musikerin abzubilden. Eine Entdeckung ebenfalls ist der hierzulande noch weitgehend unbekannte Pianist Julien Libeer, der durch Varianz, schattierte Tongebung und nuancenreiche, differenzierte Farben einzunehmen weiss. Perfektes Interplay der Akteure rundet die Neuerscheinung zur willkommenen Entdeckung.

Eckhard Weber, Concerti (D)
****
Cello emotional
Bei der Cellistin Camille Thomas und dem Pianist Julien Libeer wird französische Kammermusik des Fin de siècle zum Ereignis.
Vor zwei Jahren erhielt sie das französische Grammy-Gegenstück „Les Victoires de la Musique“, beim Wettbewerb der European Broadcasting Union wurde sie als Newcomerin 2014 gekürt. Auf ihrer aktuellen Einspielung bestätigt sie erneut, wie verdient diese Auszeichnungen waren: Die Cellistin Camille Thomas versammelt auf der Neuerscheinung „Réminiscences“ mit dem Pianisten Julien Libeer französisches Repertoire des Fin de siècle: Franck, Saint-Saëns Fauré, Ysaÿe, Duparc. Thomas‘ Spiel ist sehr ausdrucksvoll, ja berückend, auch mal scharf akzentuiert, mitunter raffiniert gekörnt, mit dunklem Körper, doch stets schlank und wandlungsfähig. Dem Dialog mit dem Klavier, das sich auch mal schwärmerisch und schwelgerisch gibt, merkt man deutlich an, wie aufeinander eingeschworen dieses Team ist. Beide Musiker erreichen eine perfekte Balance zwischen fragiler Sensibilität, Klangsinnlichkeit und dramatischer Verdichtung. Gleichzeitig wirkt das Ganze geradezu selbstverständlich entspannt, was nur funktioniert, wenn jemand sich seiner technischen Meisterschaft sicher sein kann. Sehr authentisch.

Imke Griebsch, Kulturradio von RBB
CD der Woche
Camille Thomas ist besonders von der Farbenwelt der Sonate fasziniert. Eine Farbenwelt, in der Camille Thomas sich zu Hause fühlt und in der sie ein sehr feines Gespür für Flächen, Linien und Schattierungen zeigt...

Emilie Munera, France Musique (F)
France Musique's 'Coup de coeur' of the month
Camille Thomas et Julien Libeer confirment leurs affinités musicales. Ils abordent ces grandes pages du répertoire avec sincérité et surtout avec simplicité. Pas d’effet inutile, pas de maniérisme, ce sont sur les couleurs et les nuances que jouent le duo, donnant à ces pages une sensualité folle. Un superbe voyage au cœur de la musique française au tournant du 20e siècle.

Ole Pflüger, Fono Forum (D)
*****
In Faurés Elégie setzt Camille Thomas den Ton die restliche Einspielung: geschmeidiger Bogenstrich, sonore Bassfrequenzen. Würde sie unter Wasser spielen, sie könnte damit Wale anlocken! Explosionsartig starten sie dann in den aufgepeitschten Mittelteil, und obwohl sie dort Hunderte Noten abfeuern, bleibt jede einzelne erstaunlich gut zu hören. (...)In César Francks Sonate zeigen Libeer und Thomas, dass sie auch das ganz grosse Paket schnüren können. Ein halbe Stunde lang Spannungsbögen, Höhepunkte, Accelerendi: Das alles gelingt ihnen so natürlich, als würden sie improvisieren, und dabei so synchron, als teilten sie sich ein Gehirn. Eugène Ysaÿes Sonate ist das widerborstigste Stück in dieser Einspielung. Camille Thomas gibt ihrem Cellospiel hier Kälte und Schärfe, wie sie auf der CD sonst nicht vorkommen.

Bertrand Dermoncourt, L'express Styles (F)
L'émotion à fleur de violoncelle
(...)Cette violoncelliste attire immédiatement l'attention par la sonorité bouleversante qu'elle tire de son instrument, un Ferdinando Gagliano de 1788. Et son nouveau disque révèle toutes ses qualités. (...) Camille Thomas impose une lecture engagée, romantique mais sans excès, très bien construite. Elle sait dépasser le pur plaisir sonore pour délivrer une interprétation d'une grande profondeur.

Albert Hosp, Ö1 Radio (AT)
CD of the day
Camille Thomas' Ysaÿe Interpretation is one of the most immaculate and most passionate...

APB (B)
...la formidable Sonate pour violon et piano de César Frank métamorphosée par le violoncelle subtil et ému de Camille Thomas, tandis que le piano de Julien Libeer ne le cède en rien dans l’art des nuances et la poésie de l’expression. Suit la ténébreuse et virtuose Sonate pour violoncelle seul d’Eugène Ysaÿe où Camille Thomas atteint le sublime...

Jean Lacroix, La revue générale (B)
Voici un récital exemplaire et d'une élégante conception. (...) la sonate d'Ysaÿe, peu jouée, âpre et intense, d'une hauteur de ton et d'un lyrisme sobre. L'intimité, la complicité est totale entre les deux partenaires; on sent cette jeunesse libre et engagée à la fois. Le violoncelle de Camille Thomas est chaud et profond. Le clavier de Julien Libeer soigne la qualité du son et du toucher. Ce superbe duo ravira les coeurs et les sens, tant par sa fougue que par sa complémentarité.

Laure Mézan & Alain Duault, Radio Classique (F)
CD du jour & Coup de coeur d'Alain Duault
(...) la jeune violoncelliste Camille Thomas ne cesse de nous impressionner.

Musikzen (F)
L’une est violoncelliste, l’autre est pianiste. Tous sont deux franco-belges et présentent un programme franco-belge, avec deux pièces phares. L’une est de père belge, c’est la Sonate pour violoncelle solo d’Eugène Ysaÿe, et l’autre aussi, c’est la Sonate pour violon et piano de César Franck, dédiée par ce deuxième compositeur au premier, en cadeau de mariage. Autour de ces deux pièces, des madeleines françaises et très proustiennes : l’Invitation au voyage (Duparc), et d’autres pages qui auraient pu inspirer l’auteur de la Sonate de Vinteuil : Élégie et Les Berceaux (Fauré), Le Cygne (Saint Saëns). Voilà donc une programme murement réfléchi, et peut-être prémonitoire pour ses auteurs en raison de la dédicace de Franck et des Berceaux de Fauré. L’interprétation est toute en délicatesse – une sorte de romantisme en retenue – accentué par les couleurs profondes du violoncelle et un piano dynamique et sensuel. Un monde en soi, effectivement .

Ton Eelen, Artsenkrant (B)
Camille Thomas imponeert met heel zuiver en verfijnd cellospel en met een grote vertelkracht in haar vertolkingen. In Julien Libeer vindt ze een heet toegewijde pianist die de geraffineerde harmonieën die dit repertoire schragen eindeloos kan variëren en nuanceren en die de spanningsbogen intelligent mee opbouwt.

Diapason (F)
Soutenue par le subtil Julien Libeer, Camille Thomas aborde ce florilège avec un doux lyrisme. La sonate de Franck prend un ton intériorisé, tout en demi-teintes. Les grandes courbes mélodiques de Fauré et de Saint-Saëns, déployées dans une sonorité chaleureuse, respirent la sérénité. Camille Thomas nous propose un panorama objectif et sincère de la musique franco-belge au tournant du XXe siècle.

Mag Musique (F)
La complicité de jeu et d’enthousiasme entre Camille Thomas et Julien Libeer fait de ce CD un moment de régal musical. Si, comme l’ont voulu les deux artistes, chacun des pièces choisies de Franck, Fauré, Saint-Saëns et Duparc constitue « un monde en soi » exigeant d’installer une atmosphère dès la première note », leur ensemble nous fait faire aussi un magnifique voyage dans la musique pour violoncelle et piano du romantisme français de la fin du XIXe siècle. Au cœur de ce beau programme, la Sonate pour violoncelle seul op.28 d’Eugène Ysaÿe crée une émotion et un enchantement particuliers. Défi relevé, avec une sensibilité et un brio exceptionnels.

Martine Dumont Mergeay, La Libre Belgique (B)
Quel sens attribuer au programme du CD “Un Monde en soi” ? Les musiciens n’ont choisi ni Beethoven ni Brahms, mais César Franck – dans la transcription de sa sonate pour violon et piano – et Eugène Ysaÿe, dans sa sonate pour violoncelle solo. Et ils y ont ajouté Fauré, Saint-Saëns, Duparc dans des transcriptions de mélodies célèbres (tout étant relatif, à l’aune du monde classique), telles “Après un rêve” ou “L’invitation au voyage”. Camille s’en explique : “Autour des deux sonates, nous avons disposé des pièces courtes et magnifiques appartenant au romantisme français, un romantisme plus ‘objectif’ que le romantisme allemand, mais aussi plus sensuel, où les apparences légères n’excluent pas la profondeur. Ces pièces ont toutes un lien avec la poésie et la littérature (on songe à la Sonate de Vinteuil, de Proust), elles sont nos petites madeleines, elles établissent un rapport entre la musique et le temps. Nous avons travaillé les nuances, les couleurs – ce sont elles qui portent l’émotion… – mais sans surjouer, dans la simplicité. On pourrait considérer que les sonates de Franck et d’Ysaÿe sont deux pierres précieuses, entourées de petits diamants (certains somptueux quand même…).” Ils se sont rencontrés dans un train, fin 2012, entre Londres et Prussia Cove : “Nous nous rendions au même festival, mais pour des concerts différents et nous ne nous connaissions que de loin. Je vois arriver une boîte à pattes, c’était Camille, avec son violoncelle sur le dos. Le hasard des réservations nous avait placés côte à côte, la tuile… Nous étions condamnés à nous taper la discute et la route était longue. En fait, nous nous sommes amusés comme des fous !” A partir de là, Camille Thomas, violoncelliste franco-belge révélée en 2014 par les Victoires de la Musique et nommée New Talent of the Year par l’UER la même année, et Julien Libeer, pianiste belgo-belge – mais totalement international – comptant parmi les personnalités les plus douées de sa génération, ont multiplié les collaborations. Nous les avons retrouvés par un samedi caniculaire, dans un resto de la place Jourdan, lui, sortant de sa douche (à en juger par ses cheveux mouillés), elle (tout aussi fraîche), d’un taxi, au retour de Paris, valise au bout du bras, violoncelle sur le dos, l’un et l’autre incroyablement joyeux, décontractés, pleins de projets… Un an après leur rencontre, les deux artistes réalisèrent leur première tournée, en Flandre. “Dix concerts en huit jours, c’est possible moyennant une condition : qu’on puisse rigoler un peu (Julien). Plus sérieusement, il faut qu’il y ait un accord humain, comme dans un couple, mais le couple est ici musical.

< Back to overview

Les Salons de Musique - ARTE

             
Bloch - Prayer from Jewish life

A compilation of some of the most beautiful
moment of the Salons de Musique, ARTE
concert music show, featuring artists
such as Jean-Guihen Queyras,
Shani Diluka, Henri Demarquette, Camille Thomas,
Beatrice Berrut, Julie Fuchs, Valentin Erben
from the Alban Berg Quartet etc...
Outhere | amazon | Itunes

A.MAGNARD - CHAMBER MUSIC INTEGRALE


             

Sonate op.20 & Trio avec piano op.18
avec le pianiste Laurent Wagschal et la violoniste Solenne Païdassi
Timpani, septembre 2014
TIMPANI | AMAZON | ITUNES

A CENTURY OF RUSSIAN COLORS


             

S.Rachmaninoff, D.Kabalewski et L.Auerbach
Camille Thomas, Violoncelle
Beatrice Berrut, Piano
Fuga Libera (mai 2013)

OUTHERE | AMAZON | Itunes

REMINISCENCES


             

FAURÉ Élégie - Après un rêve
SAINT-SAËNS Le Cygne
FRANCK Sonate en la majeur
YSAŸE Sonate pour violoncelle seul op.28
FAURÉ Les Berceaux - Sicilienne
SAINT-SAËNS Sérénade
DUPARC L'Invitation au voyage
La Dolce Volta (2016)
ESTORE | AMAZON | ITUNES